Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



Mon web à moi, ma vie... Mes envies, mes amours, mes humeurs, mes emmerdes et vous !

26 décembre 2007 3 26 /12 /décembre /2007 16:27
darrenmanzella.jpg...Ou les vacances heureuses de la famille Manzella qui a pu accueillir un invité très attendu pour Noël : le sergent Darren Manzella, héros d'un reportage télévisé de l'émission dominicale "60 minutes", magazine traitant des sujets d'actualité et de société mide-in-US. Le titre du reportage : "Don't ask, don't tell" [en français : "Ne demande rien, Ne dit rien", NDLR], une doctrine instituée sous la présidence Clinton qui conduit au renvoi de l'armée de tout(e) militaire homosexuel(le) dont l'orientation sexuelle serait connue.
Après un long séjour au Koweit, Darren et son unité sont rentrés aux Etats-Unis ce 20 décembre.
"L'histoire de sergent Manzella illustre à merveille l'application arbitraire et inégale du "Don't ask, don't tell", explique Aubrey Sarvis, directeur exécutif du Servicemembers Legal Defence Network (SLDN), une association de défense des droits des militaires en service actif.
"Beaucoup d'officiers et de sous-officiers, dont Darren Manzella, reconnaissent d'ailleurs que les militaires gays et lesbiennes jouent un rôle-clé dans les armées du pays. Les gradés, qui souhaitent servir le pays au mieux avec des troupes efficaces, ne devraient pas avoir à composer avec cette loi inique. L'engagement de notre nation pour les libertés individuelles et l'égalité [des citoyens, NDLR] nécessite l'abrogation du "Don't ask, don't tell"...".
Depuis 1993, plus de 12000 hommes et femmes ont été renvoyés de l'armée en application de cette doctrine et, selon le Government Accountability Office (GAO), environ 800 d'entre eux ont été écarté alors même qu'ils avaient des compétences classées "secret défense" par le Pentagone dont 322 experts de langue étrangère (notamment 58 en arabe).
Bien que les révocations "Don't ask, don't tell" aient diminué de 50 % depuis les attentats du 11 septembre 2001, en moyenne 2 militaires actifs sont ainsi écartés des armées chaque jour. Et l'application de la loi reste arbitraire et varie selon le degré de commandement des militaires concernés et leur cantonnement. Une enquête récente du SLDN montre que les renvois touchent principalement les gays et lesbiennes en poste sur le territoire américain : moins de 25% affectent des soldats actuellement en opérations extérieures (Irak, Afghanistan, etc.), donc quelque part moins visibles...
Pour la petite histoire le sergent Manzella a rejoint l'Armée en avril 2002 et a été envoyé en Irak en mars de 2004 où il a exercé au sein des services médicaux. Il a à son actif plus de cent patrouilles "12 heures" dans les rues de Bagdad, y soignant aussi bien des gardes nationaux et des civils iraquiens que des militaires américains. Il y a obtenu diverses médailles et citations honorant son engagement et son courage... Il est actuellement stationné au Koweit pour un 2ème séjour au Moyen-Orient commencé en 2006...
Le blog du SLDN évoque à son propos : "Comme vous pouvez l'imaginer, son apparition à l'écran de CBS dimanche a provoqué de multiples réactions, en particulier chez les militaires LGBT. Darren [qui dans l'émission "60 minutes" dénonce le "Don't ask, don't tell", NDLR] explique que son témoignage a reçu un retour extraordinairement positif de la part de beaucoup de personnes dans et en dehors des forces armées américaines, lui offrant spontanément soutien et félicitations".
J'oubliais de préciser (mais cela se voit peut-être en regardant la photo de Darren ?) : il est ouvertement gay, ne s'en cache pas et à trouver dans le reportage de CBS l'opportunité de dénoncer toutes sortes de mesures discriminatoires touchant les gays et lesbiennes aux USA.

PS Si à l'avenir Darren Manzella venait à être lui aussi victime du "Don't ask, don't tell" je veux bien créer une armée dont il pourrait être l'unique soldat... Sous mon commandement, bien sûr ! MDR !!

Partager cet article

Repost 0

commentaires