Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



Mon web à moi, ma vie... Mes envies, mes amours, mes humeurs, mes emmerdes et vous !

2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 21:02

En fin de semaine dernière, quelques jours après la clôture des Jeux paralympiques de Sotchi, quelques semaines après la fin des Jeux Olympiques d'hiver 2014, le français Jean-Claude Killy a pris la décision de quitter ses fonctions au sein du Comité International Olympique, estimant qu'il avait fait le tour du sujet, qu'il était temps de laisser la place aux jeunes...

 En exclusivité pour L'Equipe Magazine, l'ancien sportif, multimédaillé aux JO, explique pourquoi il a décidé de passer la main après avoir pendant près de 7 ans supervisé l'organisation des Jeux Olympiques de Sotchi pour le CIO. Ces JO voulus par Vladimir Poutine ont été "les plus beaux jamais organisés" selon J.-Cl. Killy qui est devenu un ami du président russe. Ce dernier l'a d'ailleurs récompensé en lui remettant tout récemment une des plus hautes distinctions de la Fédération de Républiques de Russie. Un honneur qui passe mal auprès de nombreuses personnalités politiques et sportives : accepter une telle distinction est faire fi des méthodes de V. Poutine qui a, depuis l'attribution des Jeux Olympiques à la ville de Sotchi, multiplié les provocations, malmenant l'environnement, se compromettant avec les mafias locales, faisant taire ses opposants (au mieux en les emprisonnant, au pire en les éliminant), multipliant les lois liberticides...

 Sur ce dernier point, Jean-Claude Killy n'y va pas par 4 chemins. Pour lui, Vladimir Poutine "est un homme bien" et avant de regarder ce qu'a fait le Président russe, avant de le critiquer, il faudrait déjà, toujours selon le même Killy, dénoncer ce qui s'est fait (et se fait encore) dans les autres pays : à propos des lois anti-gay (limitant la propagande homosexuelle) le champion français estime que Poutine ne fait pas pire que les autres. Et de nous expliquer que la Russie n'a rien à envier à d'autres régimes démocratiques ou autoritaires qui sanctionnent eux aussi l'homosexualité sous diverses formes jusqu'à la peine de mort. Ce que la Russie ne fait pas. Sauf que J.-Cl. Killy oublie qu'on y agresse, torture, parfois assassine, les homosexuel(le)s sans que les autorités de l'Etat russe ne trouvent à y redire.

 Pour l'ex-skieur, on ne peut reprocher à Vladimir Poutine de faire chez lui ce qui se fait ailleurs. Voilà qui fait mal à entendre. Au mieux nous lui trouverons des circonstances atténuantes à pensant que ses déclarations sont celles d'un homme vieux (70 ans cette année) et fatigué par 7 ans d'allers-retours entre la Suisse et la Russie. Au pire nous mettrons ça sur la sénilité d'un gaulliste qui a vu en son ami Poutine un "homme bien".

Partager cet article

Repost 0
AL1 - 02/04/2014 10:20PM
commenter cet article

commentaires

LEON 27/10/2014 03:38

oui poutine est un homme bien il a même le plus grand fan club gay de la planète !o)
http://assets.vice.com/content-images/article/les-derniers-naturistes-gays-de-moscou-612/opener_vice_670.jpg