Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog



Mon web à moi, ma vie... Mes envies, mes amours, mes humeurs, mes emmerdes et vous !

27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 20:21
  On était, nombreux, impatient à attendre de voir l'émission "Le mieux c'est dans parler" sur France 3 dimanche après-midi. Car le magazine animé par Marcel Rufo avait pour thème : "Mon enfant est-il homosexuel ?"...
 Comme vous pourrez le lire ici, très bien résumé par nos amis de GayClic, on peut constater que le célèbre pédopsychiatre a fait le choix d'être totalement incompétent ! Les mots manquent pour qualifier la farce à laquelle les invités et le public ont participé malgré eux, particulièrement mal guidés par Marcel Rufo et Charline Roux. Autant de poncifs sur l'homosexualité et sur les homo- sexuel(le)s sont indignes d'un médecin qui visiblement a pris la grosse tête médiatique...
 Qui pourrait dire à celui vers qui tout le monde se tourne dès lors qu'il faut avoir un avis sur l'enfance et l'adolescence que l'homosexualité n'est pas un choix ? A-t-il choisi d'être hétérosexuel ? Comment France 3 peut-elle laisser une libre antenne à ce monsieur qui pendant 45 minutes a déversé son fiel à l'encontre de ceux et celles qui ne répondent pas à la norme hétérosexuelle ? Quand on est aussi mauvais sur un sujet, quand on le maitrise aussi mal, on évite de montrer son incompétence !

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 08:33
  C'est le titre de la nouvelle série TV produite et réalisée par Steven Spielberg (Band of Brothers, Disparitions) à voir depuis le 18 janvier sur Showtime. Les 13 épisodes nous content l'histoire de Tara Gregson, une mère de famille américaine, vivant à Overland Park, Kansas, et souffrant d'un trouble dissociatif de l'identité.
 En clair, elle décide d'interrompre temporairement son traitement afin de découvrir les véritables causes de son désordre mental qui lui fait prendre les traits de plusieurs personnalités : elle devient T. l'adolescente rebelle et provocante qui a son MySpace, qui cherche à se droguer et qui essaie de séduire Max Gregson, le mari de Tara. Elle prend aussi l'apparence d'Alice, une housewife plutôt années 50 qui adore préparer de bons petits plats à sa petite famille. Et il y a enfin Buck, vétéran du Vietnam très alcoolisé... Qui
insulte souvent Marshall (le fils de Tara et Max) quant à son homosexualité !
 Car, c'est là où je voulais en venir, et ça devient récurrent dans les séries américaines, il y a un personnage gay dans The United States of Tara. L'homosexuel de service est donc comme souvent le fils de la famille. Il est "doux et sensible... Son homosexualité est un fait accepté de tous [NDLR. sauf de Buck]... Il est clairement le plus calme et le plus attentionné des Gregson, et tend à tout faire pour le bien-être de sa mère." Voilà pour la petite touche homo, un rien cliché, de la série qui est annoncée comme l'une des meilleures qui ait été produire aux Etats-Unis ces derniers mois, ces dernières années. Cela laisse rêveur quand on connait le succès de la production télé outre-Atlantique... Désolé, toutefois, car il faudra encore attendre quelques mois avant de découvrir The United States of Tara sur nos écrans bien français. [Citation : InTalk]

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 07:28
  Soit un coût d'environ 170000 £ (l'équivalent de 180000 €) à la charge du contribuable écossais, tout ça parce que la Police d'Aberdeen semble avoir pris en grippe le jeune étudiant gay en génétique, qui le soir venu endosse l'uniforme de policier pour devenir stip-teaseur sous le pseudo de Sergent Eros dans une boîte homo de la ville.
 La première arrestation est intervenue en mars 2007. Depuis, régulièrement, il va passer, contre son gré, quelques heures au poste de police pour "possession d'arme offensive", en d'autres termes, utilisation d'une matraque et d'une fausse bombe lacrymogène (éléments de son costume de scène), ou encore d'un gyrophare... Sa dernière interpellation a eu lieu alors qu'il sortait (toujours vêtu en policier) du club Tiger Tiger, en tentant d'échapper à un ex-petit ami fou furieux qui le menaçait. Mais comme pour les fois précédentes les charges retenues contre lui ont été jugées insuffisantes pour aboutir à une quelconque condamnation, ce qui commence à faire jaser dans le microcosme aberdeenien : pourquoi s'acharner contre ce jeune homme qui ne fait que s'amuser et divertir les clients d'une boîte de nuit locale ? En réponse l'adjoint au chef de la Police d'Aberdeen a déclaré que ses hommes ont le "devoir d'enquêter sur tous les cas rapportant un prétendu comportement criminel" et qu'il regrettait que les policiers fassent l'objet de critiques de la part de la population alors qu'ils agissent "dans l'intérêt de la communauté qu'ils servent de tout coeur".
 Des arguments qui ne tiennent pas face aux 170000 livres sterling dépensées sans raison valable... De son coté Stuart Kennedy a simplement estimé que les forces de l'ordre avaient (comme à chaque fois) réagi de façon excessive, se plaignant de harcèlement.
 Comme quoi en Ecosse le ridicule ne tue pas, même surtout pas un policier !

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 16:30
  On sait tous que les pays du Moyen Orient ayant élevé l'Islam en religion d'Etat sont particulièrement psychorigides en ce qui concerne la sexualité. Il suffit de se rappeler les peines encourues notamment en Arabie Saoudite comme en Iran pour avoir le sang qui se glace dans nos veines à l'idée de ce que peuvent subir ceux qui se détournent des lois islamiques... C'est justement à Téhéran que les médias viennent de publier une étude (réalisée par une université irannienne) qui dévoile ce que les autorités du pays redoutaient : les Iranien(ne)s ont bel et bien une sexualité qui ne répond pas toujours aux critères définis par les ayatollahs.
 Sont publiés tels quels des chiffres qui horrifient Gouvernement et religieux de tout poil : 24% des femmes et 16% des hommes du pays reconnaissent ont eu au moins une relation homosexuelle. Le rapport d'étude, écrit par le sociologue Parvaneh Abdul Maleki et repris par l'International Gay and Lesbian Human Rights Commission, précise par ailleurs que 26% des femmes et 73% des hommes admettent avoir (eu) recours régulièrement à la masturbation, ce qui est considéré comme un péché par l'Islam. On apprend également qu'un pourcentage important d'Iranien(ne)s ont (eu) des rapports sexuels hors mariage.
 Pour couronner le tout, 9% de ceux et celles qui se sont masturbés, 5% de ceux et de celles ayant eu des rapports homosexuels, 87% de ceux et de celles qui ont eu des relations extraconjugales et enfin 77% de ceux (et de celles ?) qui ont déjà vu un film porno, ont déclaré avoir grandi dans des familles avec des idées religieuses et conservatrices.
 Alors qu'ils sont habituellement soumis à la censure politique et religieuse, et qu'ils ne sont généralement pas autorisés à aborder un tel sujet, les médias de Téhéran ont pu pour une fois s'étendre largement sur cette étude, non sans critiquer l'attitude des personnes interrogées : les résultats ont été décrits comme "alarmants", l'homosexualité et la masturbation comme "anomalies sexuelles qui nécessitent un traitement médical, culturel et éducatif." Voilà certainement les seuls éléments qui n'auront pas été désapprouvés par l'Etat iranien.
Partager cet article
Repost0
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 20:40
  La photo ci-contre ne le montre pas mais Joe Dallesandro a eu 60 ans le 31 décembre dernier. Et l'acteur sera honoré au prochain festival international du film de Berlin (59ème Berlinale du 5 au 15 février) : un Teddy Award spécial gay ou lesbien lui sera remis pour l'ensemble de sa carrière cinématographique commencée en 1967 devant la caméra d'Andy Warhol ("Four Stars"). Plus de 45 films de cinéma ou de télévision, dont une bonne partie dans les années 70 en tant que sex-symbol du milieu underground.
 "Porté au statut d'icône sexuelle de toute génération... à l'époque le plus bel homme de sa génération... qui a changé à jamais la sexualité masculine à l'écran..." Joe Dallesandro "a fait don de son pouvoir d'attraction érotique pour être consciemment transformé à l'état d'objet" pour un public sans distinction de sexualité. Hétéro et gay. Il fut l'acteur fétiche d'Andy Warhol, de Paul Morrissey (voir l'admirable trilogie Flesh, Trash et Heat !) et il apparut dans le "Je t'aime moi non plus" signé Serge Gainsbourg...
 Anecdotes : Joe Dallesandro a été propulsé au rang d'icône grâce à une photographie de Warhol montrant son "bas-ventre" serré à outrance dans un pantalon pour la couverture de l'album des Rolling Stones "Sticky Fingers". Et dans sa célèbre chanson "Walk On The Wild Side" Lou Reed fait allusion à l'acteur en l'appelant "Little Joe". [Source AFP]

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 19:59
  C'était hier à Milan à l'occasion de la présentation de la collection prêt-à-porter masculin hiver 2009-2010 de Vivienne Westwood. Comme à son habitude la créatrice anglaise a fait sensation avec ses hommes habillés de façon... très féminine farfelue. "Et pour ceux qui n'ont (vraiment) peur de rien, Madame Westwood, 67 ans, conseille ce tablier de jardinier complètement ouvert à l'arrière sur des fesses mises en valeur par un body-string". J'en connais ici et ailleurs qui ont la main verte mais oseront-ils paraître dans le jardin et user du sécateur et de l'arrosoir dans cette tenue ? Sexy mais je m'en garderais bien ! [Citation : AFP]

vivienne-westwood-milan-mode-homme-2009-2010-jardinier.jpg
Partager cet article
Repost0
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 13:08
  A l'époque (pas si lointaine) de Culture Club il chantait "Do you really want to hurt me ?" Veux-tu vraiment me faire mal ? Il a depuis changé de bord coté. C'est lui qui joue au dominant au point d'avoir séquestré un escort boy norvégien Audun Carlsen qui se refusait à lui. Après une première rencontre plutôt soft en janvier 2007, le jeune prostitué de 29 ans avait accepté un second rendez-vous chez l'ancienne star de la pop britannique le 28 avril suivant. Il s'était alors retrouvé face à un Boy George (aidé d'un complice) particulièrement agité qui souhaitait réaliser une séance de photos pornographiques agrémentée de consommation de cocaïne. Attaché avec des menottes à un anneau mural il avait été violenté à l'aide de divers objets dignes d'un catalogue SM, tout en étant copieusement insulté de façon humiliante : lors du procès de Boy George en juin dernier le juge avait stigmatisé le caractère prémédité, impitoyable, dégradant et traumatisant des actes subis par Audun Carlsen. Reconnu coupable en décembre, l'ex-leader de Culture Club a été condamné hier à 15 mois de prison ferme. On ne sait pas encore s'il fera appel de cette décision mais une chose est sûre : si la peine est confirmée il n'est pas certain qu'il puisse jouer son rôle de dominant une fois enfermé entre les murs d'une cellule. Cela pourrait même être tout le contraire... Y aura-t-il quelqu'un pour lui faire du mal ?

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 08:29
  Pour sûr, ce n'est pas original, ni pour lui, ni pour eux. Il a une fâcheuse (?!) habitude de le faire dès il aperçoit l'objectif d'un appareil photo ou d'une caméra. Et chaque numéro de notre mensuel préféré (?!) nous montre les dessous de la bombe du mois.
 Après l'avoir fait pour d'autres magazines, pour diverses publicités, pour des calendriers, le rugbyman australien Nick Youngquest a accepté de se dévoiler tout spécialement pour les lecteurs du Têtu de février (en vente dès lundi). Comme le montre le making-of de la séance visible ici, notre Aussie spécialiste de ballon ovale ne se nous refuse rien...
 Et en voyant ça, il y a tout de même une Quest'ion qui me turlu'pine ! Comment ce shooting photos destiné à un magazine gay a-t-il été présenté à Nick Youngquest ? Comment un bôgosse comme lui, qu'on suppose être hétéro et certainement gay-friendly (?!), a-t-il réagi à cette proposition ? Poser en petite tenue, jusqu'à être nu, pour des matteurs lecteurs homos ? Peut-on raisonnablement penser qu'outre une part de narcissisme et d'exhibitionnisme Nick soit un tant'inet gay ? Être bien dans sa tête et dans son corps ne doit pas suffire...

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 17:41
  Les faits se sont déroulés en septembre dernier mais c'est seulement la semaine passée que le chanteur britannique Patrick Wolf les a révèlés dans une interview accordée au blog musical EQ.
 L'artiste assistait ce jour-là (depuis le carré VIP) à un concert de Madonna au Wembley Arena de Londres. Les 3 premières chansons terminées, Patrick Wolf a entrepris de se rapprocher (de façon peu discrète, il est vrai) de son petit ami qui l'accompagnait. Quelques gestes et quelques baisers de plus en plus appuyés, qui ont fini par incommoder les autres spectateurs assis à coté d'eux. "Des couples de la droite conservatrice qui ont commencé à se plaindre de nous" et ont fait appel à la sécurité pour faire cesser les ardeurs de Patrick et son homme ! "Les videurs sont venus vers moi et m'ont dit : Pouvez-vous arrêter ? C'est un concert familial ! J'ai répondu Sans blague ?! Un des videurs m'a alors dit : Vous savez, je peux faire cesser ça immédiatement en usant de la façon de facilité, et même la violence ! Je lui ai dit : Je reste ici, vous faites ce que vous voulez ! Ils nous ont alors attrapés mon ami et moi, bousculés et menottés avant de nous jeter hors du stade. La Police est arrivée mais cela a continué... Mon ami avait le visage en sang et pour ma part j'ai mis un mois à m'en remettre, sans sortir, à prendre des calmants et à rester au lit... Ils m'ont tordu les bras, les jambes, c'était fou et c'est principalement les policiers qui nous ont brutalisés..."
 Suite à cet incident Patrick Wolf a juré de ne plus jamais écouter Madonna, il ne veut plus en entendre parler. "C'est une bonne chose, j'ai maintenant plus de temps à consacrer à la bonne musique... Vous vivez et vous apprenez... J'ai été étonné de cette réaction homophobe. C'était un concert de Madonna ! On se bagarre en permanence avec la sécurité. Là ils devaient s'ennuyer et il fallait qu'ils s'occupent... Et puis pourquoi 2 hommes qui s'embrassent seraient-ils plus choquants que Madonna elle-même sur scène avec ses tenues qui montrent tout, Madonna qui tire sur l'Eglise Catholique et qui évoque en permanence le sexe dans ses chansons. Tout ça n'est qu'homophobie !"

PS Patrick Wolf prépare actuellement un double album (titre provisoire Battle) et fera une prestation au Midem le 19 janvier.

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 06:39
   ...tout jeune homme de 24 ans qui aime bien s'amuser et déconner lorsqu'il est en groupe avec ses amis. Peut-on réellement lui reprocher de tenir des propos racistes et homophobes pendant qu'il filme les hommes qui composent sa compagnie (de régiment) lors de moments de détente entre deux exercices militaires ?
 Alors, oui, on l'entend bien prononcer les mots ou expressions "Paki" pour présenter un collègue d'origine pakistanaise, diminutif qui désigne de façon désobligeante les Pakistanais et "Raghead" (littéralement "enturbané") pour qualifier un autre qui s'est recouvert la tête d'un filet de camouflage. Faut-il voir là un fond de racisme ? Y a-t-il de l'homophobie lorsqu'il interpelle un troisième d'un "Comment te sens-tu ? Gay ? Un peu homo sur les bords ?" ou un autre, encore, en lui disant "Il n'y a pas de secret ici. Comment est la baise ?"
 Doit-on alors tenir rigueur à un de ses subordonnés qui ose lui demander (à lui qui occupe la 3ème place dans l'ordre de succession au trône britannique) s'il a les poils pubiens tout aussi roux que sa tignasse princière ? Harry fait d'abord mine de ne pas comprendre avant de répondre : "Oui, ils le sont !" et de partir dans un fou rire bon enfant et communicatif !
 Simple délire d'un jeune homme de son temps, à mon avis, plutôt bien dans sa peau, qui aime s'amuser, tout comme lorsque face à un jeune militaire de son unité (dans un autre extrait de la même vidéo) il mime un "je t'aime" avec ses lèvres, s'approche de lui et lui léche le visage. Je suis d'accord avec Peter Tatchell, militant reconnu outre-Manche pour la défense des droits des homosexuels, qui se félicite de l'attitude du Prince Harry : "Embrasser en public un soldat et lécher son visage, c'est plutôt un geste libéré et éclairé pour un hétérosexuel". C'est surtout une attitude non conformiste et bien peu britannique pour un pays où il n'est pas de tradition de se faire la bise (pour se dire bonjour ?) même en famille !... Un jour, mon prince viendra. La, la, la, la, la !

Partager cet article
Repost0