Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog



Mon web à moi, ma vie... Mes envies, mes amours, mes humeurs, mes emmerdes et vous !

28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 19:15
  Le site Out.com nous revient cette semaine avec une version revue et corrigée de son classement récurrent des plus grandes vidéos gay-friendly de tous les temps. Une liste trés anglo-saxonne, pour ne pas dire américano-américaine, puisqu'établie depuis les USA et qui pourra étonner les Européens ou les Français que nous sommes... Un classement qui ne reprend sans doute pas les vidéos des chansons ayant reçu le meilleur accueil du public gay ces dernières années, mais il faut bien avouer que la gay-attitude dans la musique n'est pas une exclusivité des années 2000. Une liste qui ne vous satisfera peut-être pas car il y manquera vos petits chouchous. Rien ne vous empêche de la modifier à votre guise, à votre image puisqu'il s'agit là de vidéos...

#1  Olivia Newton-John "Physical" (1981)
#2  Wham! "Club Tropicana" (1983)
#3  Sigur Ros "Vidrar Vel Til Loftarasa" (2000)
#4  Frankie Goes to Hollywood "Relax" (1983)
#5  Madonna "Vogue" (1990)
#6  Marc Almond "Ruby Red" (1986)
#7  Cher "Hell on Wheels" (1979)
#8  Diana Ross "Muscles" (1982)
#9  Village People "Y.M.C.A." (1978)
#10  Rammstein "Mann Gegen Mann" (2006)
#11  Weather Girls "It's Raining Men" (1982)
#12  Kylie Minogue "Slow" (2003)
#13  Queen "I Want to Break Free" (1984)
#14  Eurythmics "Sweet Dreams (Are Made of This)" (1983)
#15  Take That "Do What U Like" (1991)
#16  Right Said Fred "I'm Too Sexy" (1992)
#17  Duran Duran "The Wild Boys" (1984)
#18  Pet Shop Boys "Domino Dancing" (1988)
#19  Erasure "Take a Chance on Me" (1992)
#20  The B-52's "Love Shark" (1989)
#21  Deee-Lite "Groove Is in the Heart" (1990)
#22  Bronski Beat "Smalltown Boy" (1984)
#23  Antony and the Johnsons "Epilepsy Is Dancing" (2009)
#24  Divine "You Think You're a Man" (1984)
#25  Scissor Sisters "Filthy/Gorgeous" (2004)
#26  The Knife "Pass This On" (2003)
#27  Menudo "Hold Me" (1985)
#28  Judas Priest "Hot Rockin" (1981)
#29  Dead or Alive "You Spin Me Round (Like a Record)" (1985)
#30  Cazwell "All Over Your Face" (2006)
Partager cet article
Repost0
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 07:57
  Ce n'est pas encore Noël mais ça y ressemble. C'est le 11 décembre prochain (ou peut-être le 14) que devrait sortir en France le nouvel opus des Pet Shop Boys, un EP de 5 titres qui devrait ravir non seulement les fans de toujours du duo britannique mais aussi ceux qui les (re)découvrent aujourd'hui. Précisons tout de même que Neil Tennant et Chris Lowe ont formé les Pet Shop Boys en 1981 !
 Un beau cadeau dont on peut découvrir en avant-première un extrait au travers d'une nouvelle version remastérisée très Noël du morceau (écrit en 1997) "It Doesn't Often Snow at Christmas" à écouter ici.
 Sur ce même EP on trouvera également 2 versions du "My Girl" de Madness, dont un remix house, très loin de la version originale, trop dénaturée, diront certains.
 Le 3ème morceau sera "All Over The World", titre produit par Marius de Vries (lequel est connu pour avoir travaillé avec Rufus Wainwright), annoncé comme somptueux...
  Et le conseil à donner à tous, offrir "Christmas", oui,mais il serait encore mieux d'acheter le CD avant Noël pour passer une bonne veillée en musique. De quoi danser jusqu'au bout de la nuit...
Partager cet article
Repost0
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 01:05
  C'est ce soir que France 2 diffuse le téléfilm "Mourir d'aimer", réalisé par Josée Dayan, avec Muriel Robin et Sandor Funtek, lesquels reprennent dans cette version années 80, les rôles qu'avaient tenus Annie Girardot et Bruno Pradal en 1970 dans le film d'André Cayatte... Gabrielle Delorme, professeur de lettres, et Lucas Melzieu, lycéen de 15 ans, succèdent à Danièle Guenot et Gérard Leguen. Mais l'histoire reste basée sur le fait divers qui marqua l'année 69 et se termina tragiquement lorsque Gabrielle Russier se suicida le 1er septembre 1969 : séparée de son mari, Gabrielle rencontre Christian, lycéen de seconde, en marge de manifestations de l'après-mai 68. L'amour s'installe. Après avoir laissé faire un temps, les parents de l'adolescent portent plainte. Christian fugue et Gabrielle est arrêtée. Plusieurs semaines d'enfermement qui aboutissent au procès qui se tient en juillet 69. La professeure est condamnée à 12 mois de prison et 500 francs d'amende. Peine pas assez lourde pour le parquet qui fait appel. Gabrielle, à qui l'Université vient de refuser un poste, n'attendra pas le nouveau verdict. Fatiguée, usée par cette histoire d'amour impossible (pour l'époque), elle met fin à ses jours juste avant la rentrée scolaire. Sa mort ne fera pas 2 lignes dans la presse nationale ou régionale alors que quelques semaines, quelques mois plus tôt, l'enseignante a été l'objet d'un véritable lynchage politique et médiatique...
 Un an plus tard, l'affaire est portée à l'écran dans le superbe film d'André Cayatte, illustré par la belle chanson titre de Charles Aznavour "Mourir d'aimer". La polémique née du fait divers ne l'empêche pas de cumuler plus de 4,5 millions d'entrées en salle. Espérons que le téléfilm de soir obtienne un audimat aussi brillant.

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 08:11
  "La Commission électorale philippine a interdit à Ang Ladlad, groupe de défense des droits des homosexuels, de prendre part à l'élection présidentielle de 2010, l'accusant d'immoralité. Citant des passages de la Bible et du Coran condamnant l'homosexualité, la commission a affirmé qu'Ang Ladlad (littéralement "hors du placard") "tolère l'immoralité qui offense nos croyances religieuses" et expose notre jeunesse à "un environnement contraire aux enseignements de notre foi".
 La décision a déclenché une vague de protestations dans la communauté gay ainsi que dans une partie de la presse. Le Philippine Daily Inquirer s'insurge ainsi contre l'homophobie de la commission électorale, mais aussi contre la référence aux textes sacrés qu'il considère être une violation de la Constitution, qui consacre la séparation entre l'Eglise et l'Etat.
 Ang Ladlad a fait appel de cette décision, alors que les candidats à la présidentielle ont jusqu'au 1er décembre pour déposer leur candidature." [Source : CourrierInternational.com]
Partager cet article
Repost0
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 07:22
  Invité, hier vendredi, de l'émission Parlons net sur France Info, l'homme d'affaires Pierre Bergé, répondant à David Abiker, Samuel Pottier (LeFigaro.fr) et Julien Martin (Rue89), a évoqué entre thèmes politiques et sociétaux sa myopathie, et il a vivement réagi au Téléthon dont il juge l'organisation populiste et dont les fonds récoltés sont mal utilisés (notamment en investissant dans l'immobilier !). Redisant avec force que tout l'argent récolté lors des ventes de la collection Yves Saint Laurent est (sera) reversé pour la lutte contre le Sida, Pierre Bergé juge malsaine l'exposition d'enfants malades lors des 2 jours que dure le Téléthon, dans le seul but d'apitoyer les téléspectateurs et les donateurs...

 Regardez et (ré)écoutez Pierre Bergé en cliquant ici.
Partager cet article
Repost0
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 20:33
  "Monsieur Chatel, avez-vous entendu les cris de détresse de jeunes filles et garçons homosexuels vivant dans les cités qui se sont exprimés dans des livres et dans la presse depuis le mois d'octobre ? Je n'en doute pas !

Qui sont-ils ? Ils font partie de la jeunesse sur lequel notre pays doit miser. Ils habitent dans des quartiers populaires devenus depuis plus de trente ans des cités ghettos où sévit la misère sociale, affective et sexuelle.

Ils s'appellent Nadir, Sébastien, Cynthia, Dialo ou Nadia. Ils sont blacks, blancs ou beurs. Certains rasent les murs, le regard fuyant. D'autres se la jouent virils et vont même jusqu'à casser du pédé à l'occasion. Mais tous ont en commun le mensonge et la schizophrénie liés à leur double vie et à la peur d'être démasqués.

Tous vivent dans des quartiers où la modernité n'a pas pénétré et qui ont en conséquence produit une "culture de la cité basée" sur le rapport de force permanent, le contrôle social et communautaire. Dans ces cités où l'hypervirilité et le machisme sont des valeurs suprêmes, l'homosexualité est considérée comme une déviance qu'il convient de rejeter, de bannir : l'homo est un faible qu'il faut écarter ou punir !

Oui, monsieur le ministre, être gay ou lesbienne aujourd'hui dans nos cités est passible des pires rétorsions. Le scandaleux refus du club de foot Bebel Créteil de jouer contre l'équipe du Paris Foot Gay n'est-il pas l'illustration la plus flagrante de l'instrumentalisation de la culture et de la religion par des mouvances intégristes qui enrôlent des jeunes en manque d'identité, frappés par les discriminations et le chômage de masse ?

Certes l'homophobie n'est pas le seul apanage de nos cités, mais comme le révèle les travaux de l'association SOS Homophobie, les agressions homophobes dans les quartiers ghettos sont d'une violence morale et physique supérieure à celles subies dans d'autres territoires et proviennent pour la plupart de l'entourage immédiat des victimes.

Bien plus que la politique de la ville, qui s'est révélée depuis trente ans inefficace dans la lutte contre la ghettoïsation, nos espoirs se tournent aujourd'hui vers l'éducation nationale, qui est le cadre adéquat à la pédagogie du respect et de la lutte contre l'ignorance.

Dans une société "hétéro-centrée", il faut aborder, avec les enfants dans les écoles primaires, les adolescents dans les collèges et lycées, l'homosexualité et au-delà l'acceptation des diversités et des différences.

Or, la question de l'homosexualité est la grande absente de l'éducation nationale. En dépit de circulaire alibis, l'institution reste d'une grande pudibonderie.

Il faut aujourd'hui que l'école sorte de son conservatisme et s'engage dans une véritable lutte contre l'homophobie.

Les enseignants et le personnel éducatif que j'ai rencontrés lors de mon enquête pour l'écriture d'Homo ghetto sont volontaires mais s'avouent démunis de matériel pédagogique, sans aucune directive de l'éducation nationale, ni formation.

La distribution sporadique d'une affiche et d'un numéro vert dans les établissements scolaires ne peut suffire et il vous appartient aujourd'hui d'engager une politique résolument volontariste en incluant dans les programmes scolaires la lutte contre les discriminations en raison de l'orientation sexuelle et de l'identité de genre. La référence et la norme ne doivent plus être basées seulement sur l'hétérosexualité mais doivent aussi prendre en compte la diversité, à égalité des orientations sexuelles.

Enfin, les associations LGBT doivent pouvoir accéder aux établissements scolaires pour y entamer des campagnes d'informations, des débats avec les élèves et le personnel pédagogique. Est-il normal que SOS Homophobie soit l'une des rares associations à avoir obtenu l'agrément de l'éducation nationale, et cela depuis le mois de septembre seulement ? Non, assurément !

Un temps de réflexion et de débat doit être organisé chaque année afin de lutter et déconstruire les schémas sexistes et homophobes trop souvent ancrés dans les esprits.

C'est pourquoi l'éducation nationale serait bien inspirée de créer une véritable semaine de lutte contre l'homophobie à l'image de la semaine d'éducation contre le racisme qui, malheureusement, tend à tomber en désuétude.

Il y a urgence à agir car les jeunes adolescents homosexuels sont les plus exposés au suicide. Dans nos cités, ils n'ont de recours et de solution que dans les subterfuges, la fuite ou la rupture familiale.

Une république peut-elle s'enorgueillir de contraindre une partie de sa jeunesse à la clandestinité ? Assurément non, monsieur le ministre !"

Lettre ouverte publiée sur LeMonde.fr et signée par Franck Chaumont, auteur d'Homo ghetto : gays et lesbiennes dans les cités. Les clandestins de la République. Ed. Le Cherche Midi, 2009. Ancien journaliste à Beur FM et RFI puis responsable de la communication de Ni putes ni soumises jusqu'en 2007.

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 18:10
  Oscar Meteor est un personnage fictif créé par une équipe d'artistes, de compositeurs, de créateurs et de producteurs vidéo basés à Paris et évoluant musicalement dans un monde proche de Daft Punk.
 Le premier single Water Under the Bridge et sa vidéo se veulent être, à leur façon, un élément de lutte contre l'homophobie. La vidéo montrant un couple gay filmé selon un mode provocateur et voyeuriste célèbre l'amour et le désir homosexuels, lesquels ne devraient faire peur à personne. De fait le réalisateur déclare : "C'est une performance musicale qui a été choisie tout spécialement  pour exposer pleinement la question gay et être associée à la lutte contre l'homophobie". La chanson a été remixée par Médéric Nebinger, qui avait produit l'album Homework de Daft Punk (meilleure vente du duo à ce jour).
 L'énigmatique Oscar Meteor promet de sortir un nouveau titre et une nouvelle vidéo tous les 90 jours aux solstices et aux équinoxes. Si elles sont toutes du calibre de celles (original et remix) à voir et à écouter ci-dessous, ça promet ! Et on en demanderait même un peu plus...




Partager cet article
Repost0
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 19:13
  "L'hebdomadaire Washington Blade, plus ancienne publication américaine destinée aux homosexuels, a annoncé [ce] lundi qu'il allait cesser de paraître, quelques semaines après avoir fêté ses 40 ans d'existence.

 Washington Blade, fondé en 1969, appartenait depuis 2001 au groupe de presse Window Media, dont plusieurs autres titres ont également annoncé la cessation de leur parution lundi.

 "Washington Blade, à l'instar de tous les titres du groupe Window Media, ferme ses portes aujourd'hui", lundi, écrit la direction de l'hebdomadaire* sur le site de micro-blogs Twitter, tout en remerciant son lectorat de "son soutien".

 Window Media était jusqu'ici le plus grand groupe de presse gay et lesbien des Etats-Unis, revendiquant 400.000 lecteurs à travers le pays, grâce notamment aux magazines Houston Voice, David Atlanta ou encore South Florida Blade." [Source : LeMonde.fr]


* "Washington Blade, like all Window Media publications, is closing today. Thank you for your support. (Keep following us for developments.)"

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 10:38
  Qui n'a pas participé aux Gay Pride parisiennes, n'a pas suivi les Marches des Fiertés à Paris ne connait pas Raymond... Qui n'a pas parcouru ces kilomètres entre Montparnasse et Bastille n'a pas aperçu Raymond dans son habituelle tenue jaune citron et bleu turquoise... Depuis des années et des années, peut-être même depuis les années 80 et son déménagement à Noisy-le-Sec (il était originaire de Champagne), Raymond, banlieusard bon teint, gardien d'immeuble de métier, était une figure, un monument, du traditionnel défilé du mois de juin. Pas une année sans qu'il ne vienne avec humour montrer sa tronche et sa bonhomie travestie ! Lui qui y venait avec la satisfaction (et tout le plaisir) de pouvoir de participer à cette fête annuelle de la diversité, sans revendiquer une quelconque orientation sexuelle. Peut-être juste pour dénoncer les discriminations envers les personnes LGBT. Lui qui fièrement dénotait un peu, beaucoup, dans la foule bigarrée, pour l'essentiel composée de jeunes (et moins jeunes) au physique autrement plus avenant... Mais de tout ça, Raymond s'en foutait royalement. Lui venait un après-midi par an pour s'amuser...
 L'an prochain, Raymond n'y sera pas là et c'est la Marche des Fiertés qui perd un pilier, un de ses monstres sacrés. Hier il a été victime d'un malaise à son domicile. Les sapeurs-pompiers appelés en urgence n'ont rien pu faire.
Partager cet article
Repost0
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 20:00
  Ce pourrait être le baiser de la mort, au sens premier du terme. C'est ce que refuse l'association allemande Maneo qui combat l'homophobie. Un spot de prévention comme la violence dont sont victimes les homosexuel(le)s, des images déjà vues, une campagne qui date de quelques mois déjà, mais tout ça reste malheureusement d'actualité.


Partager cet article
Repost0