Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



Mon web à moi, ma vie... Mes envies, mes amours, mes humeurs, mes emmerdes et vous !

10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 20:23

bradley-manning-1.jpg  Sans préjuger de ce qu'il adviendra prochainement de la fameuse loi "Don't ask, don't tell" dont le Président américain Barak Obama a promis la fin sous peu, voilà une affaire dont la communauté homosexuelle des Etats-Unis et l'ensemble des associations de défense des droits des personnes LGBT se seraient bien passés : un G.I. répondant au nom de Bradley Manning, et ouvertement gay, serait bel et bien à l'origine (d'une partie) des fuites, publiées par WikiLeaks, à propos de l'action contestable des armées US en Afghanistan et en Irak.

 Si avec ça les anti-gays de tout bord et les militaires traditionnellement conservateurs ne mènent pas campagne contre l'abolition du "Don't ask, don't tell", on pourra s'estimer heureux. Imaginez, en manque de reconnaissance, et par esprit de vengeance vis-à-vis de ceux qui l'ont brimé depuis son enfance, le spécialiste analyste du renseignement militaire, âgé de 22 ans, a communiqué au site communautaire WikiLeaks plusieurs milliers de pages de documents qui permettent de comprendre la stratégie US au Moyen-Orient et de dénoncer les agissements des troupes américaines à Kaboul et à Bagdad. De son Oklahoma natal à la case prison qu'il vient d'intégrer, en passant par l'Université de Cambridge, Massachussets, et le Koweit, le parcours de Bradley Manning est truffé d'échecs familiaux (rejeté par son père lorsque celui-ci a appris l'homosexualité de rejeton), échecs en amitiés aussi (mal accepté et non reconnu - selon lui - au sein de sa fraternité universitaire), etc. Il avait d'ailleurs confié à un ami : "Cela ne me dérangerait pas de passer le reste de ma vie en prison ou d'être exécuté si ce n'était la possibilité de voir ma photo publiée dans tous les journaux du monde".

 Y'a pas à demander, c'est fait. Et il y est pour beaucoup, lui, le jeune homme qui a réussi et sans doute dépassé ses objectifs : si d'un coté l'armée US et WikiLeaks sont tous deux actuellemen très malmenés par l'opinion américaine, d'un autre Bradley Manning fait la Une de la presse en tout genre, pour son plus grand bonheur !

 Malheureusement il n'est pas certain que son orientation sexuelle qu'il avait dû cacher jusqu'ici au sein de l'armée, et révèlée au grand jour depuis fin juillet, au coeur du scandale, serve la cause des abolitionnistes du "Don't ask, don't tell". Barak Obama risque d'avoir quelques difficultés à tenir sa promesse.

Partager cet article

Repost 0
AL1 - 10/08/2010 9:25PM - - dans Brèves de comptoir
commenter cet article

commentaires