Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog



Mon web à moi, ma vie... Mes envies, mes amours, mes humeurs, mes emmerdes et vous !

30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 08:11

david-laws-and-james-lundie.jpg  Excuses bidons ou pas, voilà qui va faire mal au tout récent et premier gouvernement de James Cameron, outre-Manche, et peut-être un peu moins à la communauté homosexuelle britannique. Le Secrétaire au Trésor (équivalent de notre Ministre des Finances), libéral démocrate, David Laws vient de donner sa démission au nouveau Premier Ministre conservateur de sa Majesté, David Cameron, pour son implication dans le scandale des notes de frais des députés qui secoue les hommes et femmes politiques à Londres depuis 2004.

 Il a utilisé ses indemnités de député (jusqu'en 2007) pour louer des chambres dans des immeubles appartenant à... son compagnon ! Hors depuis 2006 la loi britannique interdit aux parlementaires de  louer des biens immobiliers appartenant à leurs conjoints ou à des membres de leur famille.

 Chargé par David Cameron de faire appliquer le plan de réduction des déficits publics, David Laws a expliqué : "Je ne vois pas comment je peux mener à bien ma tâche cruciale sur le budget et la réduction des dépenses en ayant à gérer les implications publiques et privées des récentes révélations... Même si mes problèmes ont été causés par mon désir de garder ma sexualité secrète... Je ne peux pas échapper à la conclusion que j'ai, d'une certaine manière, mal agi..."

 Son principal souci a été de protéger la vie privée de James Lundie et de garder le silence sur sa sexualité. Ce qui jusqu'à présent était un secret de Polichinelle dans les milieux mondains (politique et presse) britanniques éclate donc au grand jour. Et je ne parle pas des indemnités utilisées indûment par le député Laws. J'évoque encore une fois l'homosexualité et le non coming-out du (d'un) personnage public rattrapé par sa vie privée. Dans le cas qui nous concerne le scandale touche un homosexuel qui pour une fois n'était pas le gay de service, puisque reconnu pour ses compétences. Vie privée, vie publique. Appellons Mireille Dumas pour confesser David Laws. N'aurait-il pas été préférable pour lui de se montrer dès le départ à la Une des tabloïds anglais au bras de son compagnon, cela lui évitant une démission retentissante et d'avoir à rembourser près de 47000 € ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

O
<br /> <br /> Merci pour les info, je vais aller écouter le reste...<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
O
<br /> <br /> Salut,<br /> <br /> <br /> J'aime bien ta musique de fond, pourrais tu m'en donner les réferences stp<br /> <br /> <br /> Compliments pour ton blog que je lis depuis quelques mois<br /> <br /> <br /> A plus<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> Oliv'26 > Merci pour ton assiduité ! La musique de fond qui illustre en fait le slide-show de l'article précédent consacré à Mauricio Lemonk est la chanson Beautifully signée<br /> Jay Brannan. Je suis fan absolu de cet artiste américain, touche-à-tout, comédien, chanteur, grand voyageur... et, ce<br /> qui ne gâche rien, particulièrement cutie !<br /> <br /> <br /> <br />
O
<br /> <br /> Encore une fois, je ne vois pas le lien avec son homosexualité. Attention de ne pas chercher de l'homophobie là où il n'y en a pas. Cette dérive pourait nous nuire plus qu'autre chose.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> Olivier A. > Encore une fois, je ne cherche pas à faire un lien avec l'homophobie. Je relate un fait divers public et politique dont le principal protagoniste annonce lui-même qu'il<br /> est en lien avec son homosexualité qu'il cherchait à cacher. David Laws louait officiellement des chambres (pour ses besoins personnels) dans des immeubles appartenant à son compagnon afin qu'il<br /> ne soit pas dit, écrit, qu'il vivait avec celui-ci, les contrats de location cachant leur concubinage...<br /> <br /> <br /> <br />