Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



Mon web à moi, ma vie... Mes envies, mes amours, mes humeurs, mes emmerdes et vous !

11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 21:52

adil-rami-dieux-du-stade-L214xH300.jpg  Oui et ce n'est peut-être qu'un début. Un peu plus d'un an déjà. Souvenez-vous, octobre 2009, le footballeur et international français est élu la Bombe du mois de notre magazine préféré, Têtu. Depuis l'eau a coulé sous les ponts et Adil Rami a beaucoup couru après le ballon.

 Devenu aussi indispensable au sein de son club lillois (le LOSC) qu'à l'équipe de France, le joueur avait envie de découvrir d'autres horizons. Et nous de mieux le connaître. C'est chose faite pour chacun. Lui foulera prochainement la pelouse du stade de Valence en Espagne, son transfert est acquis, et nous, depuis quelques semaines, pouvons nous rincer l'oeil en observant sa belle plastique étalée dans le calendrier 2011 des Dieux du Stade.

 Un physique que l'on peut aussi regardé en visionnant le DVD du making-of du célébre calendrier. Des extraits ont été publiés ici et . Et ces images accentuent le buzz autour de l'arrivée prochaine d'Adil Rami à Valence : une page Internet du magazine sportif Marca montrant le footballeur en petite tenue rappelle qu'il est non seulement un des meilleurs défenseurs français mais également une icône sexuelle... Une icône du public gay, référence faite encore une fois à Têtu.

 A n'en pas douter, dès ses premiers pas à Valence, au stade de Mestalla, les supportrices espagnoles (et quelques supporteurs sans aucun doute) auront le regard pétillant, remerciant le président Manuel Llorente et l'entraîneur Unai Emery de leur choix à 6 millions d'euros. La valeur n'attendant point le nombre des années, à 25 ans, Adil Rami a donc atteint déjà une belle et bonne notoriété sur la pelouse et en dehors des vestiaires.

 Que lui souhaiter de plus, si ce n'est que ça dure encore longtemps, pour lui et pour nous aussi.

Partager cet article

Repost 0
AL1 - 11/10/2011 9:55PM - - dans C'est leur vie
commenter cet article

commentaires