Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog



Mon web à moi, ma vie... Mes envies, mes amours, mes humeurs, mes emmerdes et vous !

16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 20:58
  Je vais encore m'attirer les foudres de quelques scientifiques biologistes, ingénieurs agronomes, en herbe, amateurs ou qualifiés, mais là l'Etat français et ses représentants dépassent les bornes : la présidente de Greenpeace France et son adjoint ont été mis en examen hier jeudi à Paris pour avoir incité au fauchage fin juillet de deux champs d'OGM en publiant sur le site internet de l'association les emplacements des parcelles.
  Katia Kanas et Pascal Husting devront répondre d'"
incitation ou provocation directe à la commission d'un crime ou d'un délit en l'occurence la destruction d'un champ OGM", selon des sources judiciaires.
Une information judiciaire avait été ouverte après une plainte de deux agriculteurs propriétaires des cultures détruites, Claude Menara, installé à Bouglon (Lot-et-Garonne), et Gilles Metge dont l'exploitation se trouve à Saint-Hilaire (Haute-Garonne). Leurs champs de maïs transgénique avaient été fauchés dans la nuit du 26 au 27 juillet pour le premier, le 30 juillet pour le second.
  A l'origine, le 27 juin, la cour d'appel d'Orléans avait condamné 49 faucheurs pour la destruction de parcelles de maïs génétiquement modifié dans le Loiret en 2004 et 2005. Au lendemain de ce jugement, Greenpeace France avait décidé de publier sur son site internet une carte précisant l'emplacement exact des cultures OGM qui seront fauchées un mois plus tard. Le 26 juillet, un jugement en référé avait contraint l'organisation écologique à retirer cette carte.
  Ce que je n'admets pas c'est la position de l'Etat qui refuse de communiquer (ou si peu) sur les OGM et qui préfère dire "Amen" aux multinationales de l'agro-alimentaire en restant sourd aux décisions de l'Europe des 27 dont on nous dit pourtant à longueur de journée tout le bien : "On nous reproche d'avoir fait le travail que le gouvernement aurait dû faire en vertu des textes européens, et notamment la directive 2001/18 qui rendent obligatoires l'information du public quant à la localisation des champs d'OGM" a déclaré à l'AFP Arnaud Apoteker, responsable de la campagne OGM de Greenpeace
Partager cet article
Repost0

commentaires

Faerithil 17/03/2007 12:45

J'avais prévu de ne pas répondre à cet article mais là j'peux plus me taire lolJe tiens tout de même que je ne suis pas un fervent défenseur des OGM. Je pense juste que certains ne peuvent apporter que des bénéfices à l'Homme (je pense notamment à la résistance au stress hydrique, la synthèse de substances pharmaceutiques, ...).Mais revenons-en à cette histoire. Le problème est que les mouvements écologistes, et en particulier Greenpeace, interprète les lois comme ça les arrangent (j'vais sans doute m'attirer les foudres de certains mais les choses doivent être dites). J'ai lu cette fameuse directive 2001/18 et c'est vrai que la France ne la respecte pas mais pas sur les points que vous pensez (la France est coupable d'essayer d'empêcher la commercialisation d'OGM dans l'Hexagone. L'information du public est faites, il suffit juste de savoir où trouver les informations. Comment croyez-vous que Greenpeace a trouvé ces fameuses parcelles? Ce n'est pas en faisant des analyses comme ils le prétendent car imaginez le prix de revient de toutes ces analyses! En fait, ils connaissaient la commune où se trouvait les parcelles car c'est une information que l'on peut trouver dans des registres à la Commission européenne. ensuite c'est à partir de ce moment qu'ils ont analysé des parcelles puis les ont signalé sur leur site pour que José Bové et son mouvement anti-OGM fassent le sale boulot.Il faut se mettre à la place des agriculteurs qui ont subi une lourde perte économique dans une situation déjà précaire pour eux. Qu'on soit contre les OGM ne donnent pas le droit de violer la loi en participant directement ou indirectement à un fauchage!

AL1 17/03/2007 17:07

Faerithil > Comme toi je pense que les OGM peuvent apporter un plus... mais pas tous !... Pour ce qui est de la connaissance des OGM et de leurs cultures, je crois qu'il serait plus facile à l'Etat et aux multinationales de communiquer sur le sujet qu'au public d'aller chercher l'information là où elle est cachée... Et il y a un point sur lequel je ne suis pas d'accord (avec toi) : les agriculteurs ne subissent aucune perte pour un champ d'OGM fauché. Ils sont assurés et les multinationales les paient grassement pour de telles cultures, sans oublier les dédommagements obtenus suite aux actions en justice contre les faucheurs. Rajoutons les subventions qu'ils perçoivent de l'Etat et de l'Europe. Sans être désobligeant vis-à-vis d'eux il est bon de rappeler qu'en France les agriculteurs sont des fonctionnaires. Merci la PAC !... Mais c'est un autre débat !