Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



Mon web à moi, ma vie... Mes envies, mes amours, mes humeurs, mes emmerdes et vous !

15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 16:15
   Avant de rejoindre le sommet économique du G20 (sensé sauver le Monde !) qui se tient ce week-end à Washington, les Présidents français et russe se sont rencontrés pendant quelques heures hier à Nice lors d'un mini-sommet Union Européenne - Russie.
 A la veille de ces courtes mais trés officielles discussions devant concourrir à une amélioration des relations entre les 2 parties, les organisateurs de la Gay Pride de Moscou avaient écrit à Nicolas Sarkozy, Président en exercice de l'U.-E. pour l'enjoindre d'évoquer avec son hôte d'un jour le cas des droits de l'homme toujours bafoués en Russie, particulièrement en ce qui concerne les personnes LGBT. La rencontre de Nice devant permettre de jeter les bases d'un nouveau traité définissant les relations Europe - Russie (Accord de Partenariat et de Coopération, remplaçant celui de 1997), les organisations homosexuelles russes souhaitaient que le Président français rappelle à Dmitry Medvedev que "la liberté d'expression, la liberté de réunion et la liberté d'association est violée chaque jour par les autorités russes... Les gays de Russie n'ont pas d'autres droits que le silence. Nous refusons ce silence."
 Dans leur lettre adressée également au président de la Commission européenne José Manuel Barroso elles indiquaient aussi que depuis 2006 le maire de Moscou refuse de donner son accord à la Marche des Fiertés revendiquant l'égalité des droits pour les minorités sexuelles.
 "Nous vous demandons de rappeler aux autorités russes que l'Union Européenne est en droit d'exiger de ses partenaires le respect des droits de l'homme. Cela est essentiel..."
 Sans attendre les résultats de ce mini-sommet niçois, les militants des associations russes de défense des personnes LGBT ont annoncé qu'avant la fin de l'année ils auront saisi la Cour européenne des droits de l'homme pour obtenir son avis sur les relations de l'Europe avec un partenaire qui au cours des 3 dernières années a interdit l'organisation et la tenue (sur son territoire) de 164 marches et autres Gay Prides...
 Au lendemain de cette rencontre Sarkozy Medvedev, alors que la Russie se félicite des avancées (en sa faveur) obtenues, on ne peut pas dire que l'Europe, au travers de son Président, puisse en dire autant et apporter la réponse tant attendue par les homosexuel(le)s russes. Sauf à produire (et à nous montrer) le contraire, Dmitry Medvedev a bien renvoyé Nicolas Sarkozy dans les cordes et à ses propres affaires : l'Union Européenne n'a pas à se mêler de la politique intérieure russe.

Partager cet article

Repost 0
AL1 - 15/11/2008 4:15PM - - dans Coups de gueule
commenter cet article

commentaires

Olivier Autissier 15/11/2008 21:34

Fallait-il vraiment en espérer davantage ?

AL1 15/11/2008 23:18



Olivier A. > Et bien non, connaissant les 2 personnages, même agissant au nom de leurs fonctions respectives, il n'y avait rien à attendre d'eux concernant l'avenir proche des gays russes.