Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog



Mon web à moi, ma vie... Mes envies, mes amours, mes humeurs, mes emmerdes et vous !

16 septembre 2008 2 16 /09 /septembre /2008 11:08
  "C'est celui qui dit qui est !"... "C'est pas moi, c'est lui !"... Ainsi fonctionnent les partis nationalistes d'extrème-droite en Autriche actuellement à moins de 15 jours des élections générales, à coup de révèlations sur la vie sexuelle de leurs leaders respectifs...
 "Dans la rivalité qui oppose les deux partis populistes en Autriche, l’arme de choix semble être devenu le «outing»… sous sa forme la plus puérile. Ainsi le chef du Parti autrichien de la Liberté (FPÖ) Heinz-Christian Strache a-t-il dénoncé les rumeurs orchestrées par son concurrent de l’Alliance pour le futur de l’Autriche (BZÖ) sur ses prétendues préférences pour les garçons – mineurs de surcroît. Quelques mois auparavant, c’était l’ancien leader du FPÖ (et fondateur du BZÖ en 2005) Jörg Haider qui avait été «outé» sans ménagement par les dirigeants de son ancien parti.
  Faisant régulièrement les gorges chaudes de la république alpine depuis une dizaine d’années, les rumeurs persistantes sur l’homosexualité du tribun venaient d’être relancées par une série de photos prises lors d’une soirée arrosée où le politicien, âgé de 57 ans, étreignait quelques jeunes hommes de manière plutôt équivoque. Dans la foulée, Strache avait laissé entendre que Stadler était l’amant de Haider.
  Les deux rivaux sont, par ailleurs, coutumiers des déclarations homophobes : Stadler n’hésite pas à désigner les homosexuels comme des «pervers». Quant à Strache, il répète à l’envi que l’homosexualité doit être considérée comme une maladie.
Cette surenchère d’amabilités intervient sur fond de crise gouvernementale en Autriche. La coalition socialiste-conservatrice actuellement au pouvoir vient d’éclater, entraînant notamment le gel du projet de partenariat enregistré pour les couples de même sexe, dans l’attente de nouvelles élections, prévues le 28 septembre prochain." Source 360.ch
 On imagine mal, ici en France (quoique ?) J.-M. Le Pen, Bruno Megret et Philippe De Villiers, s'envoyer des noms d'oiseaux et autres mots doux relatifs à leur sexualité en pleine campagne électorale. Même si on sait que chacun d'eux est adepte de "bons mots" dès lors qu'il faut dénigrer son (ses) adversaire(s). On les voit plus en homophobes patentés qu'en homosexuels... cachés !
Partager cet article
Repost0

commentaires

D
L'extrême droite a des liens ambigus avec l'homosexualité.Denis
Répondre
A
<br /> <br /> Denis > Oui, tout à fait, et cela n'est pas nouveau... Effet de groupe,  virilité exacerbée, culte du leader, narcissisme, etc... Tous les ingrédients sont là.<br /> <br /> <br /> <br />