Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



Mon web à moi, ma vie... Mes envies, mes amours, mes humeurs, mes emmerdes et vous !

19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 08:20
  Ou comment combattre l'homophobie par l'humour... Mais est-ce la meilleure des façons ? Voilà le débat qui agite les milieux gays de Londres où le film "Over Da Rainbow" a été présenté en avant-première hier au Curzon Soho. L'histoire (compliquée ?) est celle de Terrier, leader de la scène rap et homophobe notoire, qui cartonne depuis quelques temps avec la chanson "Kill Faggots" (pas besoin de traduction !) extraite son album "HoMOFObic", déjà triple disque de platine. Une place en haut des charts obtenue malgré les protestations des associations de lutte contre l'homophobie telles que H.O.M.O.S. Aujourd'hui Terrier voudrait aller encore plus loin en proposant un nouveau titre incluant un sample tiré de "Tery Why", succès de Max Lightning (décédé depuis 20 ans). Le problème est que les droits d'auteur de cette chanson appartiennent à la veuve de Max, l'excentrique (et homophobe) Thérésa qui n'accèdera à la requête de Terrier qu'à la condition que celui-ci parvienne à lui ramener son fils. Lequel n'est autre que Christopher D., activiste gay, leader des H.O.M.O.S. ! Un challenge à la portée de Terrier s'il accepte de mettre de coté ses préjugés...



 Il n'y a guère que dans le rap et le hip-hop que l'on retrouve en permanence cette homophobie ambiante qui malgré eux (?) est véhiculée à travers le monde par les millions de fans de ce genre musical. Bien que certains leaders se soient encore récemment engagés à ne plus discriminer les homosexuel(le)s le chemin est encore long avant que l'homophobie ne disparaisse totalement de ce milieu rap hip-hop. "Over Da Rainbow" se veut un court-métrage satirique conçu pour provoquer un débat autour de l'existence et de la place donnée à ces chanteurs ouvertement anti-gays.
 Une discussion qui donc a commencé dès hier à Londres puisque selon ces producteurs le film tend à combattre l'homophobie du rap, une lutte qui passerait par l'humour, ce qui n'est pas du goût de tous, certains y voyant "une perte de temps... Il aurait mieux valu dénoncer le racisme et la discrimination envers les homosexuel(le)s de façon plus sérieuse", dixit Ted Brown, représentant l'association Black Gay and Lesbians Against Media Homophobia, soucieux de l'impact d'un tel court-métrage sur un public jeune qui n'a pas forcément conscience des problèmes rencontrés par les gays dans leur vie de tous les jours. La projection du film a été suivie d'un débat passionné auxquels ont participé un public de rappeurs et des représentants d'associations LBGT... Et pour faire la paix, dans le cadre du Pride London Festival au cours duquel le film sera à nouveau projeté, tout ce beau monde est invité à se retrouver dans un after géant au Work@Heaven, entrée gratuite à tous ceux qui présenteront leur ticket de cinéma validé pour "Over Da Rainbow" !

Partager cet article

Repost 0

commentaires