Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



Mon web à moi, ma vie... Mes envies, mes amours, mes humeurs, mes emmerdes et vous !

29 décembre 2007 6 29 /12 /décembre /2007 18:52
ThomasMorgan.jpgC'est un grand défenseur de la cause noire et homosexuelle qui vient de disparaître aux USA. Thomas Morgan III, 56 ans, ancien correspondant et rédacteur en chef au New York Times, est mort lundi des complications de Sida.
Comme l'indique la nécrologie parue dans le N.Y. Times, Thomas Morgan avait assumé de nombreuses responsabilités et reçu de multiples distinctions pendant sa carrière : il avait ainsi été le premier président ouvertement gay de la National Association of Black Journalists (NABJ) [Association Nationale de Journalistes Noirs (américains), NDLR] entre 1989 et 1991. Il avait reçu la "Nieman Fellowship" de l'Université d'Harvard en 1990, et avait intégré le "Panthéon" de l'Association nationale des Journalistes Gays et Lesbiennes, en 2005, année pendant laquelle il, lui-même, avait mis en place une structure LGBT au sein de la NABJ.
Pendant sa présidence, l'organisation a pris un essor important, multipliant les programmes d'entraide en créant notamment l'Association Ethel Payne qui permet de financer des voyages et des séjours en Afrique pour ses membres souhaitant travailler et enquêter sur leur continent d'origine.
Un bémol toutefois dans cette carrière riche et respectable, Thomas Morgan avait été vivement critiqué lorsqu'il avait, pendant une grève au New York Daily News, proposé les services de la NABJ pour remplacer certains journalistes grévistes. Une position qui l'avait mis en minorité au sein de la communauté journalistique de couleur...
Né à Saint-Louis, Missouri, le 17 mai 1951, Thomas Morgan était diplomé de journalisme de l'Université de Missouri (1973). Après avoir servi en tant qu'officier dans l'US Air Force, il avait travaillé pour le Miami Héraut et pour le Washington Post. Il avait enfin pris un poste de assistant rédacteur en chef puis de correspondant au New York Times en 1983. Il avait pris sa retraite en 1994 et, depuis, occupait son temps à la lutte contre le SIDA, une maladie qui a finalement eu raison de son ultime combat...

Partager cet article

Repost 0

commentaires